banner-elscatala-817x88px
Le Musée d'Art de Gérone consacre une exposition au groupe éphémère "Postectura"

Des expositions

Le Musée d'Art de Gérone consacre une exposition au groupe éphémère "Postectura"

bonart gérone - 20/05/22
Banner-300x250_1BONART-180x180-Cervells

Le 11 mars 1950, les Galeries Laietanes de Barcelone inaugurent la première et dernière exposition de Postectura. Ils s'étaient rencontrés à l'école Llotja de Barcelone et étaient unis par un esprit commun de modernité et une volonté incontrôlable de bousculer la scène artistique catalane.

Le Musée d'Art de Gérone inaugure l'exposition Postectura le 21 mai à 12h. La construction de demain, la première exposition consacrée au groupe créé en 1950 par Esther Boix, Ricard Creus, Joaquim Datsira, Josep Martí Sabé, Josep M. Subirachs et Francesc Torres Monsó.

Organisée par Bernat Puigdollers, cette exposition met en lumière le travail du groupe et de ses membres. La création du groupe Postectura en 1950 est l'une des initiatives marquantes de cette période. Tous ses membres se sont efforcés de renouveler les arts visuels du pays et ont développé, chacun dans son domaine et sur son territoire, des carrières artistiques pertinentes. C'est pourquoi nous avons intitulé l'exposition « Post-texture : la construction de demain ». Postectura, comme d'autres groupes d'après-guerre, ne travaillait pas pour des intérêts individuels mais pour des aspirations collectives. Ils travaillaient à créer un nouvel environnement artistique plus libre et moderne, ils travaillaient pour demain.

Les années franquistes ont été, à bien des égards, des années sombres et difficiles. Aussi dans le domaine des arts. Les principales institutions artistiques du pays sont directement contrôlées par le régime franquiste et, de ce fait, des options plastiques bien précises sont défendues, conformément aux intérêts politiques du dictateur qui prône un retour au passé historique national. Ainsi, les principaux musées du pays ont majoritairement défendu le travail d'auteurs liés au classicisme ou à l'académisme, comme l'ont fait la plupart des galeries et, bien entendu, les principales écoles. L'école Llotja de Barcelone, où se sont rencontrés la plupart des membres du groupe Postectura, n'a pas fait exception. Il n'est donc pas surprenant que la nouvelle génération d'artistes pleinement formés des années d'après-guerre ait voulu rompre avec le nouvel ordre établi et trouver de nouvelles voies d'expression, un langage qui leur soit propre.

Ainsi, tout au long des années 1940 et jusque dans les années 1950, de nombreux groupes de jeunes peintres désireux de changement apparaissent. Certaines initiatives de groupe sont de nature générique et globale. Le Cercle Maillol, parrainé par l'Institut français, ou Els Salons d'Octubre, rendus possibles grâce au mécénat du couple Imbert, en sont de bons exemples. Les deux sociétés avaient pour objectif de donner aux jeunes artistes ce que l'État ne leur donnait pas : un large éventail de regards et de connaissances sur l'art d'avant-garde - grâce aux bourses de l'Institut français - et une plateforme - les salons - où se faire connaître. Mais au-delà de ces initiatives, ce sont des petits groupes qui, chacun à leur manière et avec une incidence plus ou moins grande, ouvrent la voie et éclairent d'un jour nouveau des années culturellement très sombres. Le plus connu est peut-être le groupe Dau al Set mais la liste est longue : Betepocs, Els Blaus, Els Vuit, Flamma, le groupe Taüll… Ainsi de petites actions - bien que parfois éphémères et pouvant paraître naïves - sont devenues des jalons pertinents et incontournables pour comprendre le processus d'ouverture que les arts de notre pays ont connu au cours des décennies qui ont suivi la guerre civile.

Le groupe Postectura défend alors une peinture centrée sur ce qui est au-delà (Post) de la peau, du toucher (tectura). Mais comme d'autres groupes d'après-guerre, ils ne travaillaient pas pour des intérêts individuels mais pour des aspirations collectives. Ils travaillaient à créer un nouvel environnement artistique plus libre et moderne, ils travaillaient pour demain. Tous ses membres se sont efforcés de renouveler les arts visuels du pays et ont fini par développer, chacun dans son domaine et sur son territoire, des carrières artistiques pertinentes.

Joaquim Datsira i Prunés (Barcelone, 1925 - 1972), fut l'un des premiers à adopter des options esthétiques d'avant-garde. Il a eu une trajectoire intense - avec une peinture qui a évolué d'un méditerranéen post-impressionniste vers un surréalisme et enfin une abstraction géométrique -, tronquée par une mort prématurée.

Josep M. Subirachs i Sitjar (Barcelone, 1926 - 2014), finira par être la figure la plus internationale du groupe, avec une première œuvre de nature expressionniste, une étape d'expérimentation abstraite et enfin un retour à la figuration ; Tout au long de sa longue carrière, il a réalisé de nombreux travaux publics et ces dernières années, il s'est consacré à la création de l'ensemble sculptural de la Sagrada Família à Barcelone.

Francesc Torres Monsó (Gérone, 1922 - 2015), artiste atypique de sa génération, a commencé par une sculpture héritée du Noucentisme qui a conduit à un expressionnisme poussé à l'extrême ; Au cours des années 70, son travail a pris un tournant dramatique vers une œuvre fortement influencée par le pop art et chargée de critiques politiques et sociales, et finalement sa production a dérivé vers un territoire conceptuel inhabituel et pertinent.

Josep Martí Sabé (Santa Coloma de Farners, 1915 - Riudarenes, 2006) a été le plus fidèle à ses origines, avec une œuvre sculpturale, géométrisante et essentielle, toujours figurative ; il a joué un rôle de premier plan dans le processus de renouvellement de l'art sacré et a contribué au renouveau de la sculpture catalane d'après-guerre.

Esther Boix i Pons (Llers, 1927 - Anglais, 2014), seule femme du groupe, a su se frayer un chemin dans un milieu difficile pour les femmes ; ses premiers travaux, chargés de dramaturgie, dérivent vers une œuvre d'une grande intensité fortement influencée par le pop art et qui, au fil des années, devient progressivement plus lyrique.

Ricard Creus i Marzo (Barcelone, 1928 - anglais, 2021) quitte peu après la peinture pour se consacrer à la création littéraire, domaine dans lequel il obtient de nombreuses récompenses.

Ils peuvent vous
intéresser
...

817x88-HISTÒRIES-DE-L'ART-