FCC-Segell-banner4
"Narcohumanisme. Pharmacies et stupéfiants" à Bòlit. Centre d'art contemporain

Des expositions

"Narcohumanisme. Pharmacies et stupéfiants" à Bòlit. Centre d'art contemporain

bonart gérone - 11/03/22
BanerVictor04thumbnail_Centre Pere Planas nou 2021

Du 11 mars au 22 mai, le Bòlit. Le Centre d'art contemporain de Gérone présente l'exposition Narcohumanism. Pharmacies et narcotiques dans les pratiques artistiques actuelles, l'exposition propose une vaste carte expérientielle, ainsi qu'un documentaire, des pratiques de consommation et des subjectivités qu'elles génèrent : leurs usages récréatifs, mais aussi leur travail ; la vie sensible, et les systèmes de pouvoir qui la déterminent ; les effets narcotiques, et avec eux les affections humaines.

Le narcohumanisme est présenté comme une recherche sur les cartes et cartographies qui retracent les drogues, légales et illégales, tolérées et consommées clandestinement et les conséquences qu'elles ont lorsqu'il s'agit de créer différentes subjectivités, intimités et formes de communauté. .

[fichier166fd]

Des optalidons traditionnellement consommés par les grands-mères à la MDMA, il existe une longue liste de substances qui, selon la thèse des commissaires, nous complète, car elle donne l'impression que l'autosuffisance ne suffit pas pour développer la vie professionnelle, la vie sexuelle affective. , et toutes les autres responsabilités du capitalisme émotionnel ou de ce que Laurent de Sutter appelle Narcocapitalisme.

Cette exposition vise à donner une autre tournure au terme humanisme, un autre sens. Les artistes participants ont recherché les différentes manières dont le trafic de substances et leur circulation impliquent toute une culture politique, de genre, financière et autre.

"Narcohumanisme. Pharmacies et stupéfiants" à Bòlit. Centre d'art contemporain

Le long de la route du narcohumanisme, nous trouvons ce système d'investissements et de traductions exprimé dans des inflexions psychédéliques qui altèrent la perception (Rapapawn), et aussi dans des actes dans lesquels l'espace muséal est envahi et transformé par l'esprit nocturne et dionysiaque de la fête (Ana Laura Aláez ). La consommation d'ecstasy a aussi son monument ou midi (Joan Pallé). L'autobiographie devient un autoportrait clinique (Benzo). Dans le même temps, les pratiques de consommation, tolérées, illégales ou illicites, ont toutes leurs résonances en termes politiques, que ce soient les politiques qui pénalisent les processus migratoires (Daniela Ortiz), qui déterminent les modalités de rencontre et de rapports sexuels (José Begega ) ou ceux qui créent l'identité de genre par l'expérimentation (Chimera Rosa).

Dans les interstices entre intériorité et extériorité, l'expérience étonnante intègre une dimension spatiale et géographique. Cartographier les territoires - paradisiaques, infernaux ou purgatoires - et les présenter comme des paysages de pression soumis aux forces du (narco)capital est l'aspect qui rassemble divers projets qui nous enseignent la ville éclairée par des lumières de vésicule (Julia Montilla), la dynamique d'achat et de vente dans les catacombes du web profond (Daniel G. Andújar) et les architectures scintillantes et sinistres créées par les cartels, de Cali (Luis Molina-Pantin) à la Galice (Jacobo Bugarín). Ces inflexions, et les précédentes, prennent place dans le contexte lumineux et sonore généré par Óscar Martín, qui a créé une installation environnante où le visiteur de l'exposition devient un sujet expérimental.

Ils peuvent vous
intéresser
...

Torrent_Pagès_Banner