FCC-Segell-banner4
La 16e édition du Pepe Sales Festival rend hommage à Alejandra Pizarnik

Concours

La 16e édition du Pepe Sales Festival rend hommage à Alejandra Pizarnik

bonart gérone - 17/01/23
Baner_SantiMoix_Bonart_180x180thumbnail_Centre Pere Planas nou 2021

La 16e édition du Pepe Sales Festival 2023 évoque et rend hommage à Alejandra Pizarnik (1936-1972, Buenos Aires, Argentine), considérée comme l'une des poétesses les plus influentes du XXe siècle.

Lundi dernier, la conférence de presse a eu lieu pour présenter les nouveautés de cette édition, à laquelle étaient présents Quim Ayats, conseiller pour la culture de la mairie de Gérone, représentant le conseil provincial de Gérone, Consol Ribas et Lluís Llamas. , directeurs de la Festival, Sílvia Planas, directrice du Musée d'histoire juive de Gérone, Edu Sivori, poète et psychologue social, Ester Bertran, journaliste et Alex Meyer, directeur adjoint, représentant les groupes LGTBI+.

Selon la directrice du festival, l'un des principaux objectifs de cette année est de projeter le message de dépassement, d'autonomisation des femmes, de revendication de liberté sexuelle et d'engagement social que l'auteure bisexuelle exprime, transmet dans son travail. Il s'agit donc de combattre les causes de discrimination pour des raisons de race, de classe, d'origine, d'orientation sexuelle et de genre ; provoquer et exposer la création artistique en dehors du circuit traditionnel ; établir des liens artistiques entre les participants dépassant le cadre strict du festival ; donner de l'espace à toutes les manifestations et tendances artistiques sans exclusion; contribuer au champ littéraire en langue catalane en publiant des traductions de l'œuvre de Pizarnik, jusqu'alors inédites dans cette langue, et promouvoir l'idée de la ville comme espace d'échange, de partage généreux de la culture et de confluence des idées.

Quant aux fils projetés par la figure de Pizarnik, ce seront : les enfants de la diaspora, qui réfléchiront sur les enfants d'émigrés, de réfugiés ou d'exilés, ceux poussés par les guerres ou persécutés pour des raisons ethniques, religieuses, les politiciens etc...

D'autres sujets importants qui seront abordés seront le suicide, la contre-culture et les poètes oubliés. Quant à la programmation du festival, elle débute le 21 janvier avec la présentation du festival par Xavier Más de Xaxàs, journaliste, et l'inauguration de l'exposition collective d'Arts plastiques et la réalisation de la performance La comtesse sanglante présentée par Àlex Cabarrocas, Gabriela Fernández, Enya Pérez et Àlex Meyer, Luciana Piccioni et Maia Rinaldi.

Le dimanche 22 à partir de 11h30, il partira de la Plaça Catalunya et il y aura un tour avec 10 motos avec les Diables de Santa Eugènia et des "bikers". Le parcours comprend un récital de poésie à La Sopa pour apporter la culture aux groupes et aux espaces exclus des circuits culturels et traditionnels.

Le lundi 23, la conférence intitulée Alejandra Pizarnik : un philosophe sera donnée par Luna Miguel, écrivain et poète. Il y aura également une lecture de poèmes avec Mariona Ginès, Silvia Ardèvol, Abel Debritto et Joyce Lagong.

À partir de 20h00, il y aura des spectacles de musique, de théâtre, de danse et de performance avec 40 artistes interprétant l'œuvre et l'époque d'Alejandra Pizarnik.

Au Cinéma Truffaut, vous pouvez voir le Festival des courts métrages inédits le 25 à partir de 20h00, dans lequel différents cinéastes présenteront leurs œuvres audiovisuelles inspirées du Pizarnik tels que : Albert Serra, Albert Gisalló, Albert Sala, Antonella Sturla et Flora Ferrari, Ariadna Raventós, Christopher Faranier, Emmanuel Clamenceau, Ester Bertran, Eva Navarro, Jordi Muñoz Salló, Paco Cavero, Paula Fabianna, Piròmana d'Argos et Xevi Pérez.

Le jeudi 26, un débat ouvert aura lieu au Centre Culturel Mercè sur les poètes oubliés, la contre-culture, les enfants de réfugiés, le suicide avec Sílvia Planas, Pepe Ribas, Diana Español et Edu Sívori. Suivra la lecture de textes avec Amèlia Rodríguez, Sílvia Ardévol, Elisenda Bautista, Angel Arial et la participation du public.

Enfin, l'exposition temporaire se terminera le 9 février à 20h00 au Centre Culturel La Mercè.

L'œuvre et la vie de Pizarnik

Alejandra Pizarnik est née en 1936 à Avellaneda, en Argentine. Sa famille, des juifs ukrainiens, était récemment arrivée dans ce pays fuyant le nazisme. Le manque de connaissance de la langue de ses parents lui a causé un retard de langage et un bégaiement naissant.

Son enfance et son adolescence ont été marquées par une très faible estime de soi. En revanche, contrairement à l'image idéale des jeunes femmes de l'époque, elle devient une jeune femme excentrique, rebelle, conflictuelle et débute son addiction à la drogue. Et plus son anti-conventionnalisme grandit, plus son attachement à la littérature grandit : Rimbaud, Rilke, Sartre, etc...

Il a étudié la philosophie et le journalisme à Buenos Aires bien qu'il n'ait pas terminé ses études. Sa formation artistique a commencé avec le maître Joan Batlle Planes (Torroella de Montgrí, 1911-Buenos Aires, 1966), un peintre surréaliste qui a exercé une grande influence sur l'auteur.

À partir de 1954, il écrit ses Journaux, publiés après sa mort, l'une des œuvres les plus pertinentes de la littérature argentine. De 1960 à 1964, elle vit à Paris, travaille pour la revue Cuadernos, écrit des articles et de la poésie, travaille comme traductrice, etc...

Après son séjour à Paris, il revient à Buenos Aires et le 25 septembre 1972, à l'âge de 36 ans, il meurt d'une overdose de pilules un week-end qu'il avait laissé en congé de l'hôpital psychiatrique de Buenos Aires où il avait été admis. Les trois derniers vers qu'il a écrits ont été retrouvés dans sa chambre : no quiero ir nada más que hasta el fondo. Avec sa mort, un mythe est né.

Ils peuvent vous
intéresser
...

970x250_appec2021