FCC-Segell-banner4
ACVIC célèbre la vie et la création avec « LUX & MATRIX » et questionne le patriarcat

Des expositions

ACVIC célèbre la vie et la création avec « LUX & MATRIX » et questionne le patriarcat

bonart vic - 03/10/22
La-Galeria-201602-recursNial nou-180x178

Le Centre d'Art Contemporain ACVIC présente, jusqu'au 30 décembre, l'exposition LUX & MATRIX, qui prend comme référence le lieu où certains êtres vivants sont conçus et la capacité des humains à créer des œuvres d'art. L'exposition, ouverte au public jusqu'au 30 décembre, comprend des œuvres d'une vingtaine d'artistes, dont la plupart n'ont jamais été exposés à Vic. De plus, certaines des œuvres sont présentées pour la première fois dans le monde comme Las lunas que no vi , 2021, de l'artiste équatorienne Saskia Calderón ; le triptyque Trāns pelvis Os, de l'artiste suédoise Victoria Verseau ; la vidéo Conversations avec les élémentaux et autres êtres stellaires #4 La grotte, 2018, d'Eulalia Valldosera ; ou encore l'action in situ « Mon corps ne m'appartient pas », de Santiago Sierra.

Cette dernière œuvre se distingue par avoir été réalisée en septembre dernier dans les mêmes locaux du centre qui accueille l'exposition, où deux chômeurs de longue durée - un homme et une femme - ont été embauchés par l'ACVIC pendant quatre jours et cinq heures par jour pour écrire, sans interruption, la phrase "Mon corps ne m'appartient pas" ("El meu cos no em pertany"). Avec cette déclaration, l'artiste Santiago Sierra remet en cause le slogan féministe qui revendique le pouvoir des femmes de décider de leur propre corps sur des questions telles que l'avortement, le port du voile dans les cultures islamiques, et bien d'autres impositions patriarcales qui pèsent sur lui, mais il ne le fait pas pour remettre en cause ce droit, mais pour montrer que ni les hommes ni les femmes ne sont propriétaires de leur corps, soumis à la dictature du travail, et que tous deux doivent vendre leur temps pour faire des petits boulots.

Les créations des artistes inclus dans l'exposition dialoguent avec des images documentaires et d'autres expositions ou avec des photographies d'espaces naturels et historiques qui complètent le discours. Parmi eux, on retrouve ceux de créateurs comme Ana Álvarez-Errecalde, qui présente les œuvres El nacimiento de mi hija (2005) et Resurgir (2019) ; ou le châle noir brodé de Josefa Tolrà, une artiste et médium qui a développé son travail à partir de 60 ans après le traumatisme de la mort de deux de ses enfants et qui a incarné les voix et les visions qui lui ont été dictées par des êtres spirituels dans des messages écrites dans de nombreux carnets et dans de magnifiques broderies comme celle que l'on peut voir dans l'exposition et qui montre la configuration d'un utérus et d'ovaires féminins.

Les autres artistes présents à l'exposition sont : Anonymous, Austin Camilleri, Cuco Suárez, Eulàlia Valldosera, Grup de Defensa del Ter, Isabel Banal, Juana Castro, Kyung-Jin Cho, Louise Bourgeois, Niki de Saint Phalle, Núria Duran , Núria Pompeia , Pau Costa, Priscilla Monge, Saskia Calderón, Sergio Caballero, Tania Berta Judith et Victoria Verseau.

En plus d'être artistiquement pluridisciplinaire, l'exposition LUX & MATRIX dans son ensemble est transhistorique, transgénérationnelle et transgenre. En fait, il est proposé comme un "index d'un possible musée imaginaire, il rassemble des pages consciemment extraites d'un atlas sans fin et se configure comme un assemblage de voix et de visions multiples. Images et œuvres d'art sont associées iconographiquement et symboliquement pour réfléchir sur la vie, la mort, le plaisir et la beauté, compris sous différents angles culturels, écologiques, de genre et de classe sociale », explique la commissaire de l'exposition Rosa Martínez.

« Dans notre monde, le patriarcat organise, contrôle, légifère, pénalise. Et l'un des points fondamentaux de son contrôle, ce sont les entrailles des femmes : c'est le patriarcat qui établit quand un enfant est considéré comme légitime ou illégitime, quand l'avortement est autorisé et quand pas », souligne le conservateur. "Le capitalisme est venu normaliser les matrices louées et transformer en marchandise vendable l'être qui s'y crée. Pour cette raison, notre réalité ne peut se transformer qu'à partir de nouveaux modes d'intelligibilité et d'action, de grammaires qui permettent d'articuler des formes de critique prise de conscience et participation politique active. Le discours de l'exposition "LUX & MATRIX" célèbre la création et la vie, et en même temps interroge esthétiquement et idéologiquement ce que signifie apporter un monde au monde, qu'il s'agisse d'un être vivant ou d'une création artistique ", déclare Rosa Martinez.

Ils peuvent vous
intéresser
...

Baner BonArt 817x68 Agenda Girona Cultura