FCC-Segell-banner4
Vers le musée, le tombeau des nomades

Avis

Vers le musée, le tombeau des nomades

Banner_bonart_Espai_del_Peix_OCT21_AWBanerVictor04

Un rideau blanc est tombé sur la lumière projetée sur le visage de Joaquim Pibernat, l'ami bienveillant et l'intellectuel poignant qui vient de nous quitter après une longue maladie. Turbulents comme les peuples qui vivent dans un monde qui écrit l'histoire sous le nom de « catastrophe », leur présence était indubitable. Tôt le matin, il s'enveloppait dans les feuilles de deux ou trois journaux et était accompagné tout au long de la journée de quelques livres d'auteurs venus de nulle part. Il ne faisait aucune distinction, comme beaucoup d'entre nous, entre la vie, la culture et la politique. Il appartenait à une génération de la révolte et portait avec lui la déception de ne pouvoir réaliser l'idéal de liberté collective. Nous vivons actuellement dans une Catalogne subjuguée par la dictature constitutionnelle et une Europe où la raison de la force s'impose au-dessus des valeurs de la libre expression et des droits des peuples.

Pibernat inscrivait en marge des journaux de petites phrases qu'il communiquait ensuite à ses amis. Il s'agissait de phrases courtes, incisives, qui recherchaient une intemporalité hors des réflexions du moment historique, et seront publiées post mortem . Naturellement son caractère nihiliste imprègne un tout négatif, souvent non dépourvu d'humour noir. A la fin aujourd'hui il aurait écrit : « Nous venons du silence, nous vivons dans le silence et nous allons vers le silence. Avec une franche amitié, il le contredit dialectiquement : « Nous venons de la mémoire des autres, nous vivons la nouvelle expérience que nous sommes et nous sonnons avec le monde à venir. Bien sûr, pour le prouver, je dois utiliser sa contribution dans le monde de la culture.

Il faisait partie du noyau créatif que constituait l'aventure d' Arctic , revue trimestrielle de lettres et d'arts qui montrait à partir de la création contemporaine les tendances hybrides et internationales de la soi-disant première postmodernité. Regarder ce magazine avancé, dans ses huit numéros qui ont suivi et les huit numéros qui sont revenus à zéro qu'était l'indice onomastique, nous permet de revivre et de réviser comme une encyclopédie la poésie des années quatre-vingt qui avançait positivement vers la fin du XXe siècle comme un siècle d'avant-garde et d'innovation. Le magazine est arrivé à avoir un tirage de sept mille exemplaires et une distribution en kiosque à une époque de construction d'une nouvelle modernité que le néolibéralisme a détruite sous le modèle des industries culturelles. Une décennie plus tard, avec le même esprit mais avec un air volontairement minoritaire, il participe au laboratoire qui compose Cave canis , un magazine radical, expérimental et artisanal en format boîte dans la transition vers les médias de masse.

L'intellectuel du trouble de l'âme, l'œil critique face à un monde déshumanisé et stupide, l'écrivain aphoriste du noir sur blanc disposait d'une formidable bibliothèque et d'une collection d'art qui témoigne de leurs relations et illustre l'époque. Son désir est de réunir les fonds que Jordi Benito a laissés au Musée Granollers et au MACBA, Hac Mor au Musée Morera et Benet Rossell au MNAC. Le musée est le tombeau des nomades. 

Sur la photo : l'Arctique avec John Cage. Altaió, Llopis, Cage, Pibernat, Duran, Colomer et Novell, 1985.

Vicenç Altaió

Vicenç Altaió (1954), poeta, assagista, crític d’art, articulista d’opinió, editor, agitador cultural i traficant d’idees. Va impulsar les revistes Tarotdequinze, Èczema, Àrtics i Cave Canis. Va ser director del KRTU (Cultura, Recerca, Tecnologia, Universals) i de l’Arts Santa Mònica (Arts, Ciència, Pensament i Comunicació), i actualment és el president de la Fundació Joan Brossa. Ha estat comissari de nombroses exposicions de tema artístic, literari i científic. Darrerament ha publicat Miró i els poetes catalans. Va fer el paper de Casanova en el film Història de la meva mort, d’Albert Serra.

Ils peuvent vous
intéresser
...

970x250_appec2021