FCC-Segell-banner4
Miquel García et Regina José Galindo à la DNA Gallery

Des expositions

Miquel García et Regina José Galindo à la DNA Gallery

thumbnail_Centre Pere Planas nou 2021Eude, generic

L'inauguration de deux expositions temporaires aura lieu à ADN Galeria le 18 juin à 12h00 : The Fire and the Wounds de Miquel García (Barcelone, 1975) et I Don't Believe de Regina José Galindo.

L'exposition Le feu et les blessures est une exposition individuelle dans laquelle García approfondit le concept de mémoire à partir de l'examen des épisodes de la répression franquiste et de ses traces aujourd'hui.

L'artiste barcelonais s'attaque à de petits fragments du passé à partir desquels l'histoire se développe pour révéler un épisode plus vaste. Cette exposition extrait de petits fragments de l'histoire espagnole du XXe siècle d'œuvres qui, comme les mécanismes de la mémoire, fonctionnent en accumulant des couches d'informations tour à tour parcourues et découvertes.

Un exemple en est Exhumació no1, une installation vidéo qui présente la liste avec les données de plus de 5 000 personnes enterrées dans des fosses communes dans le Pays valencien sous le régime de Franco.

En revanche, le souvenir des bombardements sur la population civile est présent dans différents morceaux de l'échantillon. Ainsi, on retrouve l'ouvrage Fugiren tots els ocells, intitulé en référence au poème de Conrad Lladó, Avui han mort els Infants, écrit en hommage aux 42 enfants morts dans l'attentat du 30 janvier 1938 à Barcelone. A noter également la série de collages Manque de visibilité, etc...

Miquel García utilise des documents d'archives et différentes disciplines de travail, allant de la joaillerie au frottage, en passant par la photographie ou la vidéo, et propose dans cette exposition de nouvelles approches des épisodes historiques, qui renversent les conventions de ce qui est commémoratif et promeuvent l'art comme moyen de critique sensibilisation.

Le travail interdisciplinaire de Miquel García explore différentes lignes de recherche : la notion d'espace et de territoire, l'analyse des structures économiques et de pouvoir, et les théories contemporaines sur l'histoire et l'identité collective. Leurs projets sont des récits construits à partir de textes créés ou appropriés. Il s'intéresse à la recherche des lacunes, des omissions, parfois à travers ce qui est caché, oublié, détectant les changements de sa propre histoire, son développement et sa disparition.

Diplômé en Beaux-Arts et titulaire d'un Master en Recherche et Production Artistiques de l'Université de Barcelone, il a complété ses études à la Cooper Union de New York. Miquel a effectué plusieurs résidences artistiques à travers le monde, en plus d'exposer collectivement au Centre Georges Pompidou à Paris et Malaga, à la Galerie Vermelho à São Paulo, à la Sala de Art Jove de la Generalitat de Catalunya, Barcelone (prix de l'édition 2013 ), à Casino, Luxembourg, Stampa, à Bâle, etc...

Regina José Galindo. je ne te crois pas

La deuxième exposition personnelle présentée par ADN galería est celle de l'artiste Regina José Galindo "Je ne crois pas en toi", organisée par Fernando Gómez de la Cuesta. L'exposition aborde des questions qui font directement appel à la lutte féministe, à l'autonomisation des femmes et à l'égalité des sexes à partir d'une sélection de pièces qui couvrent une large période chronologique (1999-2022) et qui comprend la présentation d'une nouvelle performance.

A noter la vidéo intitulée El dolor en un pañuelo (1999), Esperando al príncipe azul (1999) ainsi que la vidéo Himenoplastia (2004), l'action Estrías (2009), la performance La manada (2018), Extensión 2008) , Apparition (2021-2022), L'Intention, etc...

Miquel García et Regina José Galindo à la DNA Gallery

Je ne pense pas que vous fassiez partie de ce même préjugé criminalisant qui émane d'une justice patriarcale ayant tendance à remettre en cause la véracité des témoins et des faits déclarés par les femmes, toujours au profit de leurs agresseurs masculins. Cette performance trouve ses origines dans ce que Galindo appelle le « double viol », une situation qui fait référence à cet examen médico-légal invasif que toute victime doit subir après avoir été agressée sexuellement et qui fait également appel à l'obligation de raconter son histoire devant des inconnus, maintes et maintes fois, revivant le traumatisme à chaque nouvelle occasion.

Je ne pense pas que vous transformerez le hall d'exposition en un espace clinique équipé d'une vieille chaise de reconnaissance obstétricale. Devant la chaise, plusieurs médecins se relaient pour examiner l'artiste pendant une longue période, en suivant les protocoles activés à cet effet. Après la représentation, cette chaise restera comme l'ex-voto de l'événement, comme preuve que tout ce qui est annoncé ne laisse planer aucun doute.

Regina José Galindo (Guatemala, 1974) est une artiste visuelle et poète qui utilise la performance comme médium principal. Galindo vit et travaille au Guatemala, utilisant son propre contexte comme point de départ pour explorer et dénoncer les implications éthiques de la violence sociale et des injustices liées à la discrimination raciale et de genre, ainsi que les violations des droits humains, des inégalités endémiques dans les relations de pouvoir des contemporains. sociétés. Elle a reçu le Lion d'or du meilleur jeune artiste à la 51e Biennale de Venise en 2005 et le Prix Prince Claus des Pays-Bas en 2011. Elle a participé, entre autres, à la Biennale de Venise dans sa 49e édition.53 et 54 ; Document 14 à Athènes et Kassel, etc...

Les heures d'ouverture de la galerie sont du lundi au vendredi de 9h30 à 19h30 et le samedi de 11h00 à 15h00.

Ils peuvent vous
intéresser
...

thumbnail_Xarxes_Olga_Andrino_Banner_1