FCC-Segell-banner4
Nature tragique

Des expositions

Nature tragique

La GaLeRia. Eduard Arranz-Bravo. Del 29 d'abril al 9 de juny de 2022

thumbnail_arranzbravo. general 04-2014Banner_bonart_Espai_del_Peix_OCT21_AW

Eduard Arranz-Bravo (Barcelone, 1941) fait partie de ces grands artistes locaux qui, malgré une carrière atomique - à commencer par l'usine Tipel de Parets del Vallès et même la croisière qu'il a peinte en 2019 - on voit rarement 'n travaux récents exposés dans notre pays en dehors de sa fondation à L'Hospitalet de Llobregat. La dernière fois, c'était l'été d'il y a trois ans, à l'Espai Cendrós de Sant Feliu de Guíxols, et cette année nous le reverrons dans une exposition individuelle du 29 avril au 10 juin à la galerie La Sant Cugat, où il n'a pas exposé solo pendant dix ans.

La relation de l'artiste barcelonais avec la galerie Sant Cugat vient de loin, c'est l'un des derniers bastions de la galerie d'Arranz-Bravo en Catalogne ; travaille principalement avec les États-Unis et la Chine. Il faut dire que, malgré ses plus de quatre-vingts ans, Eduard Arranz-Bravo continue de produire, et beaucoup. Dans l'exposition proposée par La Galeria, on peut voir une œuvre picturale et sculpturale de 2017 à nos jours, qui permet de prendre le pouls d'un des derniers grands peintres catalans après l'émergence de l'informalisme.

Arranz-Bravo appartient à un groupe d'artistes - celui des années soixante, avec Artigau, Bartolozzi, Llimós, Sala, Serra de Rivera - qui ont opté pour une revendication radicale du présent ; défense extrême de la contemporanéité qu'Agamben décrit comme « l'écriture plongeant la plume dans les ténèbres du présent ». Bien que cela ait a priori des réminiscences tragiques, rien n'est plus éloigné de la vérité : cette génération, menée par Arranz-Bravo, a utilisé l'art comme un outil pour transmettre la vie : tragique, oui, mais aussi avec beauté, amusement et gaudi.

Albert Mercadé, commissaire de la dernière exposition personnelle de l'artiste à la Fondation Arranz-Bravo, justement intitulée Présent continu , nous dit que « Arranz-Bravo est bien conscient de son caractère tragique, mais ne sombre pas dans le nihilisme. Positive l'énergie décrépite vers l'expérience de la réalité qui, vécue avec intensité dans le continuum présent, peut être agréable et même joyeuse. »

C'est exactement ce que l'on retrouve dans les pièces exposées à La Galeria jusqu'en juin. Des pièces comme Mani-Mani-Mani (2021) ou Dear Paradise (2018) dénotent cette intensité du présent rythmique, quasi-rituel et corporel, qui domine une grande partie de la production picturale de l'artiste barcelonais de ces dernières années, le tout sans oublier le la sculpture, où cet état d'esprit vif est aussi fortement présent, comme en Europe, mon bébé (2014). D'autre part, Arranz-Bravo vit aussi des moments picturaux de retenue et d'introspection, qu'il réserve habituellement aux papiers, dont certains sont visibles dans l'exposition en question, comme Pintura aixecada 5 .

Image : Arranz-Bravo . Oiseau I , 2021. Huile sur toile. 100x100cm.

Jordi Garrido

Jordi Garrido (Barcelona, 1991) és historiador i crític d’art. Ha comissariat exposicions a la Fundació Arranz-Bravo, al Museu de l’Hospitalet, al Centre d’Art Tèxtil Grau-Garriga, al Centre d’Art Contemporani Can Sisteré, i col·laborant amb el festival LOOP, entre d’altres. Combina la investigació de les segones avantguardes a Catalunya amb l’art actual, participant recentment en llibres i publicacions sobre ambdues temàtiques. 

Ils peuvent vous
intéresser
...

Torrent_Pagès_Banner