FCC-Segell-banner4
Entretien avec Salvador Sunyer, directeur du festival Temporada Alta

Entrevues

Entretien avec Salvador Sunyer, directeur du festival Temporada Alta

220317_Verdu_Bonart-180x180thumbnail_arranzbravo. general 04-2014

Salvador Sunyer Bover (Salt, 1957) est un homme d'action de la Renaissance, avec une boisson gazeuse toujours à ses côtés - pour augmenter le sucre du diabète - et qui peut passer inaperçu lorsqu'il visite souvent la Librairie 22, achète au marché de León ou il voyage avec sa moto à moitié roulée de haut en bas, de la vieille ville de Gérone à Salt, où se trouve le siège de la société de production Bitò. La compagnie qu'il a fondée en 1991 avec Josep Domènech i Xicu Masó est située dans le Teatre de Salt, un bâtiment autrefois appelé Can Panxut ; le premier endroit où j'ai vu du théâtre dès mon plus jeune âge. Avec cette moto de haut en bas, on dirait l'artiste Enric Ansesa, l'homme des noirs et un autre des grands créateurs catalans. Il convient de mentionner qu'avant de rencontrer Sunyer Bover, j'ai rencontré à plusieurs reprises lors de réunions de poésie aux Bernardes de Salt son père, l'écrivain et homme politique Salvador Sunyer Aimer, une personne qui respirait partout la paix et aussi l'humanité.

Amoureux de la culture et des arts, Salvador est un homme hyperactif capable d'interconnecter les univers, de capter et d'identifier les talents. En plus d'avoir toutes sortes de reconnaissances - prix de la critique d'art, prix national du théâtre, prix Butaca… - il a été l'un des promoteurs des salles d'exposition municipales de Gérone (les fondations de ce qui a fini par être le Bòlit, centre d'art) et ayant converti, à l'époque, le Centre Culturel La Mercè en un petit Centre de Culture Contemporaine à Barcelone dans la région de Gérone ; En plus d'apporter la série de conférences de l'écrivain Jordi Llobet à Gérone - et encadré par le programmeur Josep Maria Clavaguera - ils ont été un délice et m'ont présenté l'un des contributeurs de ce magazine, Luis Antonio de Villena, parlant d'Oscar Wilde .

Mais nous continuons. Lorsqu'il fonde Bitò Produccions, ils doivent aussi se consacrer à l'édition de livres (le bitó des arts graphiques) mais ils finissent par « éditer » les arts de la scène de manière transversale. En 1992, il a commencé la haute saison - c'était l'année de la fièvre olympique - et maintenant nous célébrons son 30e anniversaire. La présentation de cette édition très spéciale a eu lieu au Teatre Municipal de Girona avec un public nombreux et fier pour voir comment cet artefact créatif, communicatif et informatif était devenu quelque chose d'énorme, une référence dans le sud de l'Europe et avec une circulation transocéanique internationale. Un événement simple et efficace qui mettait l'accent sur la programmation actuelle, la transversalité et qui se terminait par un art vidéo bouleversant qu'un de ses enfants articule, année après année, avec réussite et transgression. C'est un plaisir de lui parler et je le fais à la première personne, parce que je ne comprendrais pas faire cette interview avec un "tu" devant lui.

Dans le livre Praise of Madness, Erasmus dit que la folie est le moteur qui fait bouger le monde ; Freud dirait que les pulsions d'amour et de sexe. Trente ans de Haute Saison, de Salt al Món… Il doit y avoir quelque chose de fou, non ?

Eh bien, il y a deux choses : nous sommes de Salt. Mais nous sommes nés à Gérone. Maintenant, nous avons la bicéphalie Salt / Girona, Girona / Salt. Vu à partir de maintenant, ça a l'air fou; mais vu depuis, non. Nous n'avons pas dit : « Nous allons faire un grand festival ! Mais on s'est dit : "On va faire un gros programme, qu'on va revoir tous les quatre ans." Notre objectif était de mettre une petite folie tous les quatre ans, mais pas une qui était irréalisable. Même si j'avoue que nous avons eu beaucoup d'échecs, comme tout le monde ! Il y a une part de folie et une autre part de coudes.

Parfois il y a ce mythe dans le monde de la culture, qu'on travaille peu et que les gens s'amusent plus. Peut-être que l'ignorance est très audacieuse .

Il y a de nombreuses heures derrière toute préparation culturelle et artistique. Cela a été très difficile à vivre, mais au final, c'est un travail qui vous plaît, vous ne pouvez pas vous en plaindre.

En 1996, l'affiche est commandée à un artiste plasticien. Le premier était celui de Leonard Beard. Puis, en 2003, il y a eu une collaboration avec Ferran Adri et le photographe Francesc Guillamet. Mais le casting est au top : Antoni Tàpies, Carlos Santos, Àngel Jové, Perejaume, Manel Esclusa, Toni Catany, Antoni Llena, Eugènia Balcells, Francesc Torres, Antoni Miralda, Jordi Colomer, Frederic Amat, Eulàlia Valldosera, Santi Moix, Joan Fontcuberta , Evru, Carmen Calvo… et l'actuel, de Pere Noguera. Quels sont les lignes directrices et les critères?

Des créateurs qui reflètent notre esprit de risque et de mixité. Et lorsque nous les commandons, nous ne limitons jamais notre créativité. Nous ne conditionnons pas. Bref, chacun fait ce qu'il veut ! Ce n'est jamais ce qu'ils feront. C'est le principe directeur. Il y a une anecdote à ce sujet avec Antoni Tàpies. Je l'ai appelé et il ne savait pas s'il accepterait. Et quand je suis allé le voir, il s'est avéré que tout était prêt et fait. Ce fut une surprise et je lui en serai toujours reconnaissant, puis nous sommes restés longtemps à parler.

Votre rapport vital avec les arts et l'art contemporain est une constante comme on le voit avec le sujet des affiches, par exemple. En haute saison, cela ne pourrait pas être moins. Du logo d'Antoni Tàpies, l'affiche de 2008 reconvertie en emblème, à la dimension que prend le festival, résolument transdisciplinaire.

Je pense que ce sont les arts, qui sont de plus en plus interdépendants. Quand il s'agit d'étiqueter une émission, cela devient de plus en plus complexe. Que mettez-vous dedans ? Théâtre, cirque, musique, cinéma expérimental, installation happening… Qu'est-ce que cela veut dire ? Eh bien, le mélange est très général. Dans un festival des arts de la scène lié à l'art ou au cinéma, il est important d'avoir un mélange. Et nous avons une base puissante : la création contemporaine. Le festival est essentiellement des arts de la scène mais a des branches dans toutes les directions. Il n'y a pas de frontières entre les langues et c'est pourquoi on explique qu'il y a d'Albert Serra à Cabosanroque en passant par le flamenco le plus contemporain. De plus, il convient de noter que les citoyens sont de plus en plus perméables à d'autres langues moins à l'aise. Je crois que le citoyen a plus tendance à jouer dans différentes langues.

L'un des problèmes est de savoir si les choses sont trop énigmatiques ou alambiquées. Et le risque a-t-il besoin d'une pédagogie supplémentaire ? Si nous ne faisons pas cette tâche, est-il difficile d'atteindre de nouveaux citoyens ?

Il a fallu du temps pour comprendre que ce que personne ne comprenait était très bien. Il y a des choses que personne ne comprend qui sont très mauvaises et d'autres que tout le monde comprend et qui sont très bonnes. L'important est d'essayer d'amener les gens à trouver les clés de ce qu'il y a de plus contemporain. Si vous allez à un spectacle pour la première fois et qu'ils vous mettent la chose la plus contemporaine, vous ne comprendrez pas. Les gens entrent dans le monde de l'art pour quelque chose qui leur est compréhensible. Le travail du programmeur est de gravir les échelons année après année. Parce qu'alors vous constatez que beaucoup de gens ont maintenant accès à ce qui était impossible il y a des années. Quand on est artiste, dans le domaine qu'on veut, ce qu'on veut c'est toucher le plus de monde possible. Une autre chose est que ni l'artiste ni le programmeur ne le veulent, c'est-à-dire qu'il n'est pas toujours nécessaire de donner aux gens tout ce qu'ils veulent. Il faut toujours lui donner plus qu'il ne veut.

Sur ce que les gens veulent, nous avons longtemps été assez ou très conditionnés par ce qui est politiquement correct. Dans une conversation que j'ai eue récemment avec le cinéaste Albert Serra, il s'est plaint que si vous faites des créations sans "aucune" origine sociale, il semble que vous soyez banal et que vous ne vous intéressiez pas à l'environnement. Comme si l'art et la création devaient se justifier.

Je suis largement d'accord. Il y a eu et il y a ces derniers temps une tension très puissante dans la sphère sociale pour rendre visibles des questions telles que les urgences climatiques, les inégalités, le féminisme... et l'art est un véhicule extraordinaire pour le faire. Mais en aucun cas on ne peut capter cette radicalité de la pensée avant-gardiste contemporaine ni avoir à justifier de faire de l'art qui n'explique pas les problèmes sociaux. Je pense aussi que c'est une question liée au fait qu'il semble que le budget de la culture soit toujours plus facile à critiquer et à couper face à d'autres domaines et que la couverture sociale puisse être un baume. Mais cela peut être une erreur. Ce que nous avons fait dans ce domaine, c'est créer la Fondation Invisible City en 2013 (en référence au livre emblématique d'Italo Calvino). L'un des axes principaux est de mettre l'accent sur la promotion de programmes sociaux et éducatifs pour rapprocher les arts du spectacle des jeunes et des personnes à risque d'exclusion, l'une des dernières collaborations avec la Fundació Catalunya-La Pedrera et la Fundació Girona Est, créée par un groupe d'hommes d'affaires de Gérone.

En parlant de budget. La relation public-privé est-elle complexe ?

Ce n'est pas facile, car nous venons d'un modèle dans lequel l'administration a eu beaucoup de poids économique et structurel et les agents privés venaient de naître. Parfois, le secteur privé a été compris comme un rival dont le nom est de rechercher le profit. Ce n'est pas l'apanage de ceux d'entre nous qui travaillent dans cette industrie. Ces logiques sont relaxantes mais bien souvent c'est une affaire de personnes. La bureaucratie excessive ne nous a pas aidés, ni les institutions non plus. De la Fondation Invisible City, nous fournissons également les points de contact entre les agents culturels et les secteurs commerciaux, qui ont souvent besoin de traducteurs et de conseillers pour se rapprocher des domaines culturels. Bien que nous ayons un pays avec une longue tradition de mécénat.

Lors de la présentation du 30e anniversaire, vous avez parlé de l'avenir. Comment le vois-tu?

Avec beaucoup d'enthousiasme, car nous avons une super équipe, beaucoup d'idées, des gens qui font déjà des tâches que nous avons faites plus directement et, comme vous pouvez le voir, tout continue de fonctionner parfaitement. Les basculements générationnels sont inexorables, en plus d'un devoir.

Ils peuvent vous
intéresser
...

817x88-HISTÒRIA-DE-L'ART[1]