FCC-Segell-banner4
Guillem Viladot ne mérite pas cette disgrâce, M. Aragonese

Avis

Guillem Viladot ne mérite pas cette disgrâce, M. Aragonese

Baner_Viladot_Bonart_360x356Banner_bonart_Espai_del_Peix_OCT21_AW

La polémique suscitée ces derniers jours par le refus de la Generalitat de commémorer officiellement le centenaire de Guillem Viladot a de nombreuses arêtes. Je voudrais en exposer quelques-uns.

Mais il y en a un incontestable : par le ministère de la Culture et par la Generalitat en poids (puisque les commémorations officielles dépendent de la Présidence).

Guillem Viladot est une figure de deuxième catégorie .

Viladot n'apparaît pas dans la sélection de commémorations officielles faite par le gouvernement dans le domaine de la culture. Mais cela prouve encore plus que, étant donné que cette exclusion a été reçue comme une gifle en Occident et dans de nombreux secteurs de la philologie et de la culture catalanes, une plateforme est rapidement apparue qui a rédigé un manifeste ( vous pouvez le lire et signer ici ) auquel plus de mille cinq cents personnes ont adhéré à ce jour (une figure non négligeable dans un domaine comme la culture et en pleine festivités de Noël). Et c'est alors, et alors seulement, que le ministère de la Culture a couru pour faire une déclaration laide (une déclaration laide est une déclaration ratée) où il est venu de dire qu'il ne faut pas s'inquiéter, que le centenaire de l'écrivain de Ponent serait célébré. , mais avec des réductions considérables. C'est-à-dire qu'il était maintenant considéré comme un centenaire de second ordre.

Quelques heures plus tard, une note supplémentaire a été publiée sur le site Internet de la Generalitat commémorant les centenaires officiels dans laquelle il était dit qu'une commémoration du centenaire de la naissance de Viladot aurait également lieu (j'insiste sur l'adverbe) étant donné l'enracinement du personnage dans un territoire catalan donné. Autrement dit, le Centenaire de Viladot serait pris en compte ( aussi ) mais pas officiellement.

Et à partir de là, les bords auxquels je faisais référence sont sortis. Pour commencer par la fin : il s'avère que le centenaire de Viladot est présenté par la Generalitat comme de second ordre car il n'aurait eu d'importance que dans les territoires de Lleida. Oh bon sang! Mais, à supposer que cela soit vrai, le Ponent ne fait-il pas partie de la Catalogne ? Ce qui s'y passe ne transcende-t-il pas le cadre strict de ce territoire ?

Non, ce n'est pas vrai : il ne s'est pas limité à la culture locale d'Agramunt (en supposant que ce n'était pas quelque chose d'important en soi), ni à celle des terres de Lleida. Par conséquent, une vérité bâtarde est inférée : dans le département de la culture, ils ne savent pas qui était Viladot ; sinon, ils sauraient qu'il a publié dans plusieurs maisons d'édition barcelonaises, qu'il a entretenu des relations intellectuelles avec diverses personnalités catalanes (occidentales ou non) et internationales, et qu'il était un personnage à large spectre qui, partout où il allait, décidait de ne pas vivre dans Barcelone en permanence (bien qu'il y ait étudié et eu un appartement où il allait souvent, je ne sais pas si cela peut compter comme un sou).

Si cela ne suffisait pas à discréditer une telle approche centraliste et provinciale, notons que, parmi ceux choisis pour organiser une commémoration officielle, se trouve l'Ateneu Barcelonès, dont l'action est manifestement d'avoir eu tout au long de son histoire un ancrage territorial sélectif, que de la ville de Barcelone ; surtout parmi les membres de la bourgeoisie barcelonaise qui en faisaient partie. Que l'Athénée mérite une commémoration officielle ? Bien sûr. Comme Viladot, non pas parce qu'il n'a pas vécu à Barcelone, mais précisément parce qu'il a volontairement choisi de faire de Ponent une alternative aux cercles culturels qui ont gouverné la Catalogne et qui, apparemment, continuent de le faire.

Plus d'arrestations sur l'indignation provoquée par la décision du ministère de la Culture et la présidence de la Generalitat. Un problème endémique que j'ai déjà commencé à insinuer : l'oubli de la culture issue de l'Occident et, plus encore, celui des créateurs qui, comme Viladot, sont peu sensibles au pouvoir, celui d'avant et celui à présent. Soyons clairs :

Si Viladot ne mérite pas la commémoration d'un centenaire officiel, quel autre créateur de Ponent le méritera selon les critères des cénacles officiels, centralistes et myopes ?

Ils nous disent que seuls ceux qui publient dans les journaux de Barcelone sont importants pour la culture catalane ; que ce n'est que si vous faites des expositions dans les centres d'art de Barcelone que vous montrez de la pertinence ? Alors peut-être au lieu de faire des journaux et des magazines dans les comtés ; ou pour favoriser l'existence de centres d'art sur tout le territoire, mieux vaut tout fermer et, oui, augmenter la fluidité et l'intensité des transports en commun pour se rendre dans la capitale, où nous serons instruits dans la bienveillance de la vraie culture catalane, pas du paysan, ruca, sans vergogne et papissota.

Et enfin, le dernier bord de tous. Cela vaut pour les procédures. Il semble que la concession des commémorations officielles soit décidée par une commission dont je n'ai pas pu connaître la composition nominale exacte (en cela, la page de la Generalitat est incompréhensiblement inconcevable). D'ailleurs, l'Ateneu Barcelonès fait partie de cette commission et, où que vous alliez, l'une des commémorations a été pour la célèbre institution barcelonaise. Personne ne voit de problèmes éthiques lorsque quelqu'un fait partie d'un comité qui décide de récompenser cette personne ? Et dans cette commission a aussi un vote Omnium : il serait peut-être aussi bon que cette institution qui a son siège sur tout le territoire (si je ne me trompe pas Omnium La Segarra-Urgell a voté en faveur du centenaire officiel Viladot, première classe, signant le manifeste auquel j'ai déjà fait allusion ; et Òmnium Lleida-Ponent, également) a expliqué sa position sur la question. Vous ne le trouvez pas ? Pourquoi la direction "centrale" n'est-elle pas venue défendre sans équivoque la commémoration officielle du centenaire de Viladot, il s'agit finalement d'élargir en un seul caractère plus qu'on ne l'avait prévu.

En conclusion, ils ont transformé quelque chose de logique, que Viladot est un personnage intéressant (l'année dernière, une exposition a été montrée à la Fondation Joan Brossa à Barcelone où cela était en évidence), en un problème politique. Et ce sont les politiciens qui doivent y remédier sans excuses et déclarations qui gâchent la chose plus qu'elle ne l'est déjà. Parce que si vous me permettez une comparaison sportive, à Barcelone, ils ont décidé unilatéralement que Viladot est en deuxième division, et cela n'a pas été décidé sur le terrain, ils l'ont fixé dans les bureaux. Et dans les bureaux, ils doivent le réparer.

Article original publié dans Pensacions de Joan Minguet Batllori

Joan M. Minguet

Doctor en Història de l’Art per la Universitat de Barcelona. Professor d’Art Contemporani i de Teoria del Cinema a la Universitat Autònoma de Barcelona (1993-2019). Ha estat President de l’Associació Catalana de Crítics d’Art (2010-2016). Ha publicat més de trenta llibres i ha participat en més de quinze exposicions sobre temes relacionats amb l’estudi de la cultura visual contemporània. També ha publicat el llibre de poemes “Pensacions” (2010), el dietari “A contratemps. Anotacions esparses d’abans del Facebook” (2016) i la novel·la “El paisatge d’uns crims”.

Ils peuvent vous
intéresser
...

Banner-Resonancias-817x68px_v1-cat