FCC-Segell-banner4
Humberto Rivas, un regard sur Barcelone à la fin des années 70

Des expositions

Humberto Rivas, un regard sur Barcelone à la fin des années 70

bonart barcelone - 25/11/21
Baner_ProustMarsans_Bonart_360x356Impremta Pages - banner-180x178

Ouverture de la galerie Imaginart les 25 et 26 novembre à 18h30. l'exposition Humberto Rivas. La joyeuse marginalisation, une exposition de petit format qui rassemble 15 portraits du photographe Humberto Rivas dans lesquels se détachent les personnages marginaux de la Barcelone voyou de la fin des années soixante-dix et du début des années quatre-vingt.

L'exposition, qui peut être visitée jusqu'au 28 février 2022, comprend 15 portraits de personnages ayant vécu à Barcelone à la fin des années 70 et au début des années 80. Bien que Humberto Rivas ait dépeint des personnages illustres, il s'est également concentré sur ceux qui vivaient ou donnaient vie dans ce qu'on appelait alors le Chinatown, le Parallèle et le Quartier Gothique de Barcelone. Le photographe a capturé la réalité des basses profondeurs de la capitale catalane et dans de nombreux cas ses protagonistes sont des prostituées, des homosexuels, des toxicomanes, des transsexuels, des célébrités et des transformistes. C'est pourquoi, dans les images rassemblées pour cette exposition, il y a la graphiste América Sánchez ; la prostituée Mónica del Raval ; Johnson, l'un des célèbres présentateurs du Moulin ; et Violeta la burra, icône transformiste du franquisme, à qui Humberto Rivas a consacré un long reportage et symbolise parfaitement la Barcelone marginale. En ce sens, le titre de l'émission vient de l'article que Fernando Trueba a consacré au documentaire de Ventura Pons, Ocaña, un portrait intermittent.

Né à Buenos Aires en 1937, Humberto Rivas s'installe à Barcelone en 1976, fuyant la dictature argentine et vivant à Barcelone depuis 1976. La relation de l'artiste avec notre pays commence après un heureux voyage à travers l'Europe en 1969 avec sa femme Maria Helguera, qui leur a permis pour découvrir Barcelone, la ville la plus cosmopolite de cette période de dictature. L'arrivée de Rivas à Barcelone marquera un avant et un après dans la photographie créative de notre pays. Il est associé au monde de l'art et particulièrement aux photographes de la génération des années 70 pour qui Rivas, avec plus ou moins d'intensité, devient une référence.

Ses photographies témoignent d'une passion pour le portrait et le paysage, principalement urbain, et d'un souci obsessionnel du passage du temps et des transformations qu'il entraîne tant chez les personnes que chez les objets. La photographie de Rivas propose une présentation pure et directe de la réalité qui reflète les détails les plus intimes des choses : portraits frontaux de personnes et d'environnements, sans geste et sans fond, portraits secs, sobres, en noir et blanc ; lieux abandonnés, rues désertes, murs nus, maisons vides et portes fermées. Le silence et les empreintes du passage du temps entourent les objets et les personnes dans les photographies d'Humberto Rivas.

Ils peuvent vous
intéresser
...

817x88-HISTÒRIES-DE-L'ART-