FCC-Segell-banner4
(RE)NOUS COMMENÇONS

Nouvelles

(RE)NOUS COMMENÇONS

bonart gérone - 10/01/22
LOGO BIENNAL 2022_Mesa de trabajo 1thumbnail_arranzbravo. general 04-2014

Ils disent que le temps est l'une des rares choses qu'il nous reste encore. L'exercice du montage est l'acte de fixer le temps, qui s'écoule fugitivement. Le faire au milieu du 21e siècle, c'est essayer d'embrasser toutes les différentes plateformes dont nous disposons - qui ne sont pas rares - pour faire du temps un allié. Le (re)début de Bonart, c'est donc l'histoire de plus de vingt ans de toute la famille Planas Camps consacrés à un projet culturel de construction d'un imaginaire d'un pays inclusif, appréhendant la culture dans une large perspective - du matériel et de l'immatériel du patrimoine à l'art contemporain, à l'architecture ou au design - et nous comprendre comme une plate-forme de connexions et d'accueil, sachant que la culture nous donne vie et peut être un ascenseur social de premier ordre.

Ce prochain numéro 194 a été précédé d'un (re)démarrage qui n'a pas été facile. Nous avons eu la pandémie et tout ce que cela a signifié pour le secteur de la culture dans la sphère budgétaire ; nous avons eu l'expansion imparable du numérique dans le quotidien de l'information et de la réflexion culturelle, qui nous oblige à tout repenser sans cesse. Mais surtout, nous avons eu une maladie cardiaque qui était sur le point de nous laisser sans le président de Bonart, Narcís Planas, l'une des âmes de ce projet pendant des années avec l'autre âme de l'entreprise, Anna Maria Camps ; tous deux continueront à siéger au conseil consultatif de l'éditeur. Au final, et après avoir médité et grâce à la complicité de beaucoup de personnes dans le secteur de l'art, nous avons osé non seulement continuer à travailler en format numérique différemment, comme nous l'avions déjà annoncé, mais nous engager fermement pour le rôle et valoriser davantage l'ensemble du domaine du responsable culturel et du consultant.

De Bonart à Malart : magazine papier, pause et réflexion

Oui, de Bonart à Malart. Nous voulons être un peu plus coquins et l'humour est un antidote à la bêtise humaine. Demandez-vous : qu'est-ce que le bon art ?, et qu'est-ce que le mauvais art ? Tout remettre en question, comme le font sans cesse l'art et la culture, provoquant plus de questions que de réponses. Et d'interroger le nom même de la publication, qui est un hommage que l'éditrice Anna Maria Camps a emprunté au nom de l'artiste français Pierre Bonnard, en jetant un coup d'œil à la mythique revue française Beaux Arts . Le nouveau design est l'œuvre du prestigieux graphiste Pere Álvaro, avec les conseils de Josep Olivé –designer / maquettiste en charge de la publication– et du reste de l'équipe éditoriale. La coordination a été assurée par l'historienne de l'art et critique Beatriz G. Moreno, qui collabore depuis plus de dix ans avec l'éditeur et responsable culturel, et Pilar Andreu a rejoint en tant que nouvelle responsable de la correction linguistique.

Ainsi, le nouveau Bonart, qui sortira deux fois par an - en février et septembre - est accessible sur deux faces et chacun a un design et une texture de papier différents. Si on y accède via Bonart, on y retrouvera trois grands domaines interdépendants : des articles d'opinion, des interviews et des reportages pour réfléchir sur une situation actuelle qui devient parfois trop liquide. Nous avons conclu des ententes pour amplifier la diffusion des contenus générés par les grands centres du pays. On parle aussi de cinéma, du marché de l'art et des cadres juridiques du milieu artistique.

Alors que, si on y accède via Malart, on trouvera au premier plan un portfolio de création-réflexion coordonné par le portail A*Desk. Nous le faisons afin d'ajouter des synergies entre les agents culturels et sous le leitmotiv de la réinitialisation nous proposons des scénarios d'un présent-futur post-Covid. Dans Malart, on retrouvera aussi la section bibliothèque, amplifiée, et toutes les critiques d'art qui puisent dans un discours « subjectiviste » pour mettre l'accent sur un métier plus que nécessaire dans la société d'aujourd'hui. Le magazine papier aura également un format numérique que l'on pourra retrouver au kiosque de l'association APPEC et également via le portail de l'ARCE.

Le mobile comme paradigme : le journal numérique ou comment nous comprenons ce qui est quotidien

Toute la vie dans une main. C'est peut-être exagéré, mais la vérité est que le téléphone mobile a remplacé beaucoup d'autres outils qui étaient utilisés pour organiser, communiquer et comprendre ce qui est quotidien. Parallèlement au nouveau magazine papier, le journal numérique change également de façade. Tecnològicament presentem un portal optimitzat per als mòbils, amb traduccions en català, castellà, anglès i francès i amb una arquitectura més flexible que posarà cada dia les notícies d'actualitat a l'abast de tothom. Une des principales nouvelles sera celle chargée de donner le bonjour. Et Facebook, Twitter et Instagram sont les réseaux choisis pour diffuser l'actualité et les réflexions qui auront aussi leur place. Le créateur de toute cette architecture a été David Gironella, qui s'est également chargé de générer un outil complet pour gérer plus et mieux les contenus et pour pouvoir rechercher les plus de 50 000 entrées publiées depuis plus d'une décennie. La partie graphique a été prise en charge par les Églises associées, sous la supervision de l'équipe de Bonart. Xevi Fernández –Infetec– continue de renforcer la structure technologique de la logistique quotidienne.

Conseil culturel : nous aidons à transformer par l'art

Aider à transformer à travers l'art et la culture, la résilience des agents culturels et la culture en tant que sujet qui change psychologiquement les paradigmes et amplifie les horizons. C'est l'objectif principal du conseiller Bonart depuis presque plus de quinze ans. Bonart Cultural travaille pour les administrations publiques et privées de toute la Catalogne afin de promouvoir les créateurs, la création et le patrimoine du pays. Parmi ses projets les plus marquants figurent la réalisation de la foire Inart à Gérone pour deux éditions et la gestion opérationnelle pendant plus de onze ans de la Fundació Lluís Coromina.

Il soutient actuellement, entre autres, l'Univers Carles Fontserè, la Fondation Girona Est et la Fondation Angelus Novus - Maison Walter Benjamin. Depuis trois ans, le directeur dirige techniquement le plan stratégique pour la Culture de la Mairie de L'Escala, en collaborant aux contenus culturels de Girona FM et est également en étroite collaboration avec les mairies de Palamós et Castell -Platja d'Aro pour promouvoir l'art moderne et contemporain. Elle organise actuellement une action dans le cadre de l'Année européenne des chemins de fer, avec une action pour Ferrocarrils de la Generalitat de Catalunya (FGC) et le Museu Nacional de la Ciència i la Tècnica de Catalunya (MNACTEC). Il y a deux collaborateurs clés dans ce domaine, les managers Daniel Fuentes et Carlota Ramoneda, ainsi qu'un large éventail de collaborateurs qui ont nourri l'écosystème d'interactions du réseau bonartien.

Ce (re)démarrage a aussi un changement générationnel plus marqué, même si Bonart aime la mixité intergénérationnelle. Ricard Planas devient le seul rédacteur en chef, Carlota Ramoneda est la directrice adjointe et Alexandra Planas est la responsable de la diffusion et du support publicitaire.

Ils peuvent vous
intéresser
...

BONART-817x68-Cervells